Ayant réalisé une saison 2017 plus qu’honorable, l’entraîneur Jean Michel Henry a décidé de renouveler sa confiance en Cédric Ségeon pour cette nouvelle année de courses hippiques. Par bonheur, cette écurie a réalisé un tour de force en remportant trois des huit courses au programme de la semaine dernière. En selle sur l’outsider Right To Tango, Rakesh Bhaugeerothee avait, dans un premier temps, ouvert le bal dans l’épreuve inaugurale, alors que Cédric Ségeon s’est signalé avec le surprenant outsider, Baritone, dans la Duchesse, puis avec le favori, Zodiac Jack, dans la dernière et huitième course. En remportant la Duchesse 2018, le jockey français offrit par la même occasion un premier succès classique à son entraîneur. Quant à Ségeon, après les succès de Royal Chalon en 2011 et Silver Bluff en 2015, il inscrivait pour la troisième fois son nom au palmarès de ce premier classique de la saison. L’équipe de ZOT TURF a rencontré le Français à sa sortie du « jockeys’ room » samedi dernier, et ce dernier a bienveillamment accepté de nous livrer quelques mots sur la superbe journée de son écurie. Entretien.

 

Cédric, d’abord toutes nos félicitations. Avec la victoire de Baritone, vous offrez un premier succès classique à votre entraîneur. Parlez-nous de la préparation du cheval.

Je vous remercie. Bon, comme vous le savez déjà, cela fait plus de 6 mois déjà que Baritone est arrivé à Maurice. De ce fait, il était prêt et vraiment en excellente condition pour la Duchesse. Je m’attendais honnêtement à une très bonne course de sa part. J’affichais encore plus de confiance quand j’ai vu que de nombreux journalistes ne l’avaient pas inclus dans leurs différentes sélections avant ladite course. Je ne les blâme toutefois pas car il en était à sa première sortie du cheval au Champ de Mars. Comme on l’a souvent vu dans le passé, la Duchesse est une course qui sourit souvent aux outsiders et Baritone ne fut pas une exception à la règle. Même s’il pleuvait, je savais que mon cheval allait être de l’arrivée car il avait bien fait sur piste molle voire lourde dans son pays d’origine. Tout le mérite de cette réussite revient à mon entraîneur et à son équipe car ils ont tous fait du bon boulot pour ramener le cheval à son meilleur niveau pour le jour J. Le cheval était très bien dans sa peau mais on craignait quand même les Table Bay et Ten Gun Salute qui sont aussi des chevaux de grande classe. Heureusement pour nous que mon cheval a couru comme on s’y attendait, prouvant ainsi qu’on avait raison de croire en lui. Cela est de bon augure pour la suite.

 

Le cheval s’était pourtant montré lent au départ lors de son « barrier trial », et cela avait vraisemblablement refroidi pas mal de turfistes…

Vous savez, comme je l’ai déjà mentionné auparavant, c’est souvent la manière de faire des bons chevaux. Ils ne démontrent pas grand-chose au training mais affichent toutefois un tout autre visage en course. Baritone avait tout de même réalisé des galops assez intéressants, surtout le dernier précédant la course aux côtés de Wavebreaker qui est réputé être un « speedy sort ». J’étais personnellement satisfait de son entraînement et je gardais un « silent hope » car le voir gagner ne m’aurait pas surpris. Evidemment, sa lenteur au départ était un problème qu’il fallait régler, mais il l’avait souvent fait en Afrique du Sud. Donc, il m’incombait de bien le sortir des stalles. Mon cheval a pris un départ correct avec sa bonne ligne et ayant trouvé un bon positionnement en début de course, je me suis dit à ce moment-là que c’était dans la poche !

 

 

Il semblerait que le train de la course a aussi beaucoup aidé votre coursier…

Le train était correct, pas trop soutenu mais juste. C’était à mon goût on va dire, car je n’ai, à aucun moment, eu à reprendre mon cheval. C’était une belle course.

Vous venez de remporter la troisième Duchesse de votre carrière. Cette épreuve classique semble vous sourire à Maurice.

J’ai juste eu la chance d’avoir eu de bons chevaux à monter et je remercie toutes les personnes qui ont, à un moment ou un autre, placé leur confiance en moi. Pour cette saison, nous n’avons pas beaucoup de chevaux à l’écurie mais certains sont de qualité. Nous ne visons pas le titre car cela est presque impossible face aux autres grosses cylindrées, mais nous avons pour objectif de remporter les courses classiques. L’année dernière, je suis passé très proche dans les grandes courses avec les Easy Lover et Oomph, et je suis très heureux que la roue ait fini par tourner en ma faveur cette fois-ci. J’espère, maintenant, que la chance continue à me sourire et qu’on gagnera encore d’autres classiques au cours de la saison.

Parlons du cheval maintenant. Pensez-vous qu’il est promis à un bel avenir chez nous ?

Évidemment ! N’avez-vous donc pas vu la manière dont il a couru ? Baritone est un sujet de classe qui fera encore parler de lui cette saison ! Il sera vraisemblablement aligné dans d’autres classiques au cours de l’année. On aura toutefois l’embarras du choix maintenant avec les Ernie, Oomph, Easy Lover et Baritone. Il semblerait qu’Oomph et Baritone vont courir dans les mêmes courses vu leurs profils et les distances qu’ils affectionnent. Ce ne sera pas facile de choisir entre les deux.

Après Baritone, Zodiac Jack est un autre nouveau de l’écurie qui s’est imposé aujourd’hui. Cela doit être très encourageant pour tout l’entourage.

Sans aucun doute. Zodiac Jack est un autre cheval sur lequel on fonde beaucoup d’espoir. Il a couru sa course aujourd’hui et ne nous a pas déçus. Il a encore une grande marge de progression devant lui et fera encore mieux la prochaine fois. Il est appelé à gravir les échelons au Champ de Mars.

Comment se portent les autres nouveaux ?

Nous avons encore quelques chevaux qui sont toujours en quarantaine. Cependant, les autres se portent bien, progressent à vue d’œil et ne tarderont pas à effectuer leurs débuts. Juste l’idée de les voir courir rend la saison encore plus excitante !

Et comment savoure-t-on un triplé à l’écurie dès la première journée ?

Tout le monde est très heureux car ce n’est pas tous les jours qu’on réalise un tel exploit. Encore, ce magnifique triplé est le fruit du bon travail accompli par toute une équipe que ce soit, l’entraîneur, les propriétaires, les palefreniers, les « trackriders » et les vétérinaires, entre autres. Sans eux, nous n’aurions jamais pu amener nos chevaux à leur meilleur niveau le jour des courses. Donc, chapeau messieurs !

Comment voyez-vous le niveau de compétition cette saison ?

Cela fait maintenant plusieurs années que je monte au Champ de Mars et je dois dire que de saison en saison, le niveau de compétition devient de plus en plus rude. Les chevaux achetés sont de meilleure qualité et les écuries investissent aussi dans de très bons jockeys. Les Marwing, Theriot, David et autres nous ont déjà donné un aperçu de leurs multiples talents aujourd’hui (NdlR: Samedi 31 mars 2018) et il va falloir que je m’adapte aussi. La compétition sera très dure mais comme d’habitude, je ferai de mon maximum pour tirer mon épingle du jeu.

 

Qu’avez-vous à dire sur les directives de la GRA sur le fait qu’un jockey étranger ne pourra exercer au Champ de Mars pendant plus de trois années consécutives ?

Je n’ai rien à dire sur la GRA. Je suis jockey de profession !

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here